Dix heures contre le terrorisme le 27 mai 2015 – Homes Not Bombs: Appel à l’action contre CANSEC15

2015_05_21manifestation-CANSEC-OttawaLe Collectif échec à la guerre invite la population québécoise à participer aux “Dix heures contre le terrorisme”, une protestation non-violente contre CANSEC15, un appel à l’action lancé par Homes Not Bombs.

TRADUCTION DE L’APPEL À L’ACTION DE HOMES NOT BOMBS

“Je tuerai tout ce qu’il y aura en vue, à chaque fois.”  – un exposant à la foire CANSEC.

Participez aux “Dix heures contre le terrorisme”, une protestation non-violente contre CANSEC15 (alias Torturefest15/Terrorfest15), la plus importante foire d’armements au Canada, qui reçoit certains des pires tortionnaires et violateurs des droits de la personne dans le monde (voir les infos sur les visiteurs et les compagnies ci-dessous)

Mercredi, 27 mai 2015, de 8 h à 18 h (venez pour toute la journée ou une partie seulement, si vous le pouvez). Centre EY, 4899 Uplands Dr., Ottawa

Quelques moments suggérés pour maximiser notre impact. (Mais vous pouvez venir n’importe quand.)

8 h – 9 h 30 :  Les 11 000 délégués arriveront, dont plusieurs à pied en provenance du Hilton Garden Inn, situé tout près.  Notre système de son sera disponible à toute personne souhaitant parler ou offrir une prestation artistique.

11 h 30 – 14 h :  Les délégués seront, à nouveau, en déplacement. Jason Kenney, Ministre de la Défense, s’adressera aux 4 000 convives lors d’un diner-causerie à guichets fermés. Nous préparons une série de prises de parole et de performances pour ce moment-clé. À midi,  nous ferons un ‘die-in’ sur un fond sonore de bruits de guerre, pour symboliser les vies perdues en raison des armements vendus à l’intérieur.

16 h30 – 18 h : Un autre moment-clé pour les interventions aux microphones et pour distribuer des tracts aux délégués. Ils seront en déplacement. Les kiosques des exposants ferment à 17 h et une réception de “réseautage” se déroule de 17 h à 19 h.

Merci de venir au moment qui vous convient.

Voici comment vous rendre au Centre E-Y

La meilleure solution est de prendre l’autobus 97 vers l’aéroport. Il y a un départ à toutes les 15 minutes. Vous pouvez le prendre n’importe où sur le Transitway. Il faut descendre à l’arrêt AIRPORT / UPLANDS (6144). Le mercredi, c’est gratuit pour les aîné.e.s !

Nous opérons une navette (fourgonnette). Pour réserver une place, téléphonez-nous au 613-267-3998.

Si vous pensez vous y rendre en auto, ce pourrait être difficile de trouver du stationnement. Vous pourriez peut-être trouver une place à l’un des hôtels des environs.

(Si vous ne pouvez pas vous rendre à Ottawa, songez à organiser une vigile devant un manufacturier local d’armements  — il y en a des centaines à travers le Canada et nous pouvons vous aider à repérer celui qui est le plus près de chez vous)

Ci-dessus des représentants militaires koweïtiens participant à la foire d’armements CANSEC essaient les plus récentes nouveautés en matière de répression avant de retourner chez eux, où, selon Amnistie Internationale, « Les autorités ont accru les restrictions aux libertés d’expression et de réunion, y compris en poursuivant en justice certains utilisateurs des médias sociaux. La police anti-émeute a utilisé une force excessive, des gaz lacrymogènes et des grenades incapacitantes contre des manifestations pacifiques d’opposition au gouvernement. »

PROTESTER CONTRE ‘CANSEC’: COMMENT CELA SE PASSERA-T-IL ?

« Notre stratégie ne doit pas se limiter à confronter l’empire, il faut aussi l’assiéger. Pour le priver d’oxygène. Pour le déshonorer. Pour s’en moquer. Avec notre art, notre musique, notre littérature, notre entêtement, notre joie, notre intelligence, notre acharnement même – et notre capacité de raconter nos propres récits. Des récits qui sont différents de ceux que nous sommes conditionnés à croire. La révolution corporative s’écroulera si nous refusons d’acheter ce qu’elle nous veut nous vendre – ses idées, sa version de l’histoire, ses guerres, ses armes, sa notion de ce qui est inévitable. » – Arundhati Roy.

Le 27 mai sera un témoignage d’une journée complète contre le terrorisme, la guerre, la torture et les violations des droits de la personne qui découlent de CANSEC15 et autres conspirations semblables.

Nous organiserons du transport pour se rendre au site et en revenir. Vous pouvez donc décider du temps que vous voulez y rester : quelques heures, une demi-journée ou toute la journée. (Selon vos plans, pensez à vous apporter un repas, des collations, de l’eau).

Nous déploierons de nombreuses bannières sur les clôtures. Pensez à produire du matériel visuel représentant la résistance à la guerre.

Nous lirons à voix haute des rapports d’organisations des droits de la personne, des témoignages de personnes emprisonnées ou disparues, des histoires de survivant.e.s qui ont été terrorisés sous des bombes provenant du Canada. De façon non-violente, avec amour, nous assiègerons CANSEC15 comme le suggère Arundhati Roy, en racontant nos propres histoires et en refusant de croire aux mythes du militarisme et à la glorification du terrorisme et des pratiques culturelles barbares dont CANSEC fait la promotion. Nous construirons un grand cimetière pour commémorer les victimes des exposants, des invités et des hôtes de CANSEC. Nous chanterons. Nous proclamerons notre vérité. En même temps, nous refuserons de nous engager dans tout acte de violence, physique ou verbale, et nous ne viserons pas à humilier les participants à CANSEC15 ou les employés qui feront des patrouilles dans les environs.

IMPLIQUEZ-VOUS

  1. Si vous venez de l’extérieur d’Ottawa, laissez-nous savoir si vous avez besoin d’hébergement.
  2. Pouvez-vous offrir du transport pour aider les gens à se rendre au Centre EY (près de l’aéroport d’Ottawa) ? Pouvez-vous héberger des visiteurs chez vous, à Ottawa ? Pouvez-vous aider à fournir de la nourriture ou de l’eau le jour de l’évènement ? Contactez tasc@web.ca ou téléphonez au 613-267-3998
  3. Pouvez-vous faire un don pour contribuer à défrayer les coûts ? Nous construisons une grande mosaïque sur le visage humain de la guerre. Vous pouvez commanditer un de ces visages en contribuant 60 $. Vous pouvez faire un chèque à l’ordre du Homes Not Bombs et le poster à PO Box 2121, 57 Foster Street, Perth, ON K7H 1R0 OU vous pouvez faire un transfert électronique par interac en prenant entente avec tasc@web.ca

Si vous ne pouvez pas venir, envoyez-nous un poème, un essai, quelque chose que vous voulez partager avec nous lors de cette journée complète d’interventions. Si vous êtes en mesure d’organiser une vigile dans votre secteur devant un manufacturier d’armes, un bureau fédéral, etc. faites-le nous savoir.

Songez à endosser notre évènement.

Pour plus d’information: Homes not Bombs, tasc@web.ca, 613-267-3998, http://homesnotbombs.blogspot.ca/


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

« Quand vous êtes engagés dans des activités qui font explicitement la promotion du terrorisme, il s’agit d’un acte criminel grave, peu importe qui vous êtes. » – Stephen Harper, premier ministre

« Je tuerai tout ce qu’il y aura en vue, à chaque fois, c’est ce que le F-22 et 10 années de son utilisation nous ont appris. » – Un exposant de Lockheed Martin à CANSEC.
(Visionnez une vidéo au sujet de CANSEC ici : https://www.youtube.com/watch?v=W-Fi2lFeSCs )

« Au Bahrein, de façon routinière, des enfants sont détenus, maltraités et torturés. » – Un rapport d’Amnistie Internationale sur le Bahrain, un invité de marque de CANSEC.

« Je pensais qu’ils étaient en train de tuer Said et que je serais le prochain. J’entendais des coups et des cris. Je ne voulais pas mourir apeuré; je voulais être fort, honorable. J’ai prié et j’ai pensé à mes parents. Je n’oublierai jamais le son des bâtons qui me frappaient. » – Basimah Al-Rajhi, avocat spécialisé en droits de la personne, s’exprimant à propos de sa détention à Oman (notre traduction), un autre invité de marque de CANSEC.

Les armes vendues à CANSEC, quand on les utilise correctement, sont des instruments de terrorisme selon la définition même de la loi canadienne, étant donné que leur emploi « (A) cause des blessures graves à une personne ou la mort de celle-ci, par l’usage de la violence, (B) met en danger la vie d’une personne, (C) compromet gravement la santé ou la sécurité de tout ou partie de la population, (D) cause des dommages matériels considérables, que les biens visés soient publics ou privés, dans des circonstances telles qu’il est probable que l’une des situations mentionnées aux divisions (A) à (C) en résultera, (E) perturbe gravement ou paralyse des services, installations ou systèmes essentiels, publics ou privés ».

LA LISTE DES INVITÉS, ENTACHÉE DE SANG

L’an dernier, en collaboration avec la Corporation commerciale canadienne, CANSEC a accueilli 31 délégations internationales, dont l’Arabie saoudite, la capitale de la décapitation du Moyen-Orient. En 2015, CANSEC se targue aussi de recevoir d’autres pays qui violent régulièrement les droits de la personne incluant :

L’Arabie saoudite ne fait pas encore partie de la liste officielle des invités en 2015, mais s’agissant du plus important acheteur d’armes canadiennes, ce pays sera sûrement présent. En tant que pays hôte, le Canada est également complice de la torture de ses propres citoyens (tel qu’établi par deux enquêtes judiciaires distinctes, de même que par des décisions de la Cour fédérale et de la Cour suprême) et de déportation vers la torture.

LES EXPOSANTS

C’est tout l’éventail des plus importants manufacturiers d’armements dans le monde  (ceux que l’on appelait auparavant, de façon plus appropriée, les « marchands de la mort ») qui vendront leurs marchandises, de même que des plus petits fournisseurs de composantes-clés pour les systèmes d’armements. Ce que ces corporations vendent constitue, à proprement parler, des instruments de terrorisme car leur utilisation a pour objectif de promouvoir des idées politiques, d’engendrer la peur et de contraindre les gouvernements et les sociétés. Les équipements utilisés par des forces de police de plus en plus militarisées seront également en montre.

LA GUERRE C’EST DU TERRORISME

Selon les dispositions de la loi antiterroriste du Canada, tout ce qui pourrait normalement constituer un acte terroriste est exempté si cet acte est commis par un membre des forces armées dans le cadre des ‘lois’ de la guerre.