28 octobre 2006 – Appel à l’action : Mettons fin à l’occupation de l’Afghanistan par le Canada

English version on page 2

Communiqué du 28 octobre 2006.

Le Collectif Échec à la guerre, l’Alliance canadienne pour paix, le Congrès du travail du Canada et le Congrès islamique du Canada lancent conjointement cet appel à une journée de protestation pan-canadienne, le 28 octobre 2006, pour exiger le retrait des troupes canadiennes d’Afghanistan. Ce jour-là, des gens de partout s’uniront pour dire à Stephen Harper que nous rejetons son appui enthousiaste au militarisme canadien et étasunien.

Alors que la population afghane souffre toujours des ravages de la guerre, le mois d’octobre 2006 marquera le 5e anniversaire de l’invasion et de l’occupation de l’Afghanistan. La reconstruction n’y progresse aucunement et les besoins du peuple ne sont pas satisfaits.  Le pouvoir du nouvel État afghan, largement constitué de seigneurs de guerre dont les assises sont liées au commerce de la drogue, ne pourra amener la réalisation des aspirations démocratiques du peuple.  En fait, selon les rapports de Human Rights Watch des dernières années, ces seigneurs de guerre ne respectent pas plus les droits humains que les Talibans.

On nous dit que le but de cette guerre est d’extirper le terrorisme et de protéger nos sociétés.  Mais l’approche brutale d’une occupation militaire qui tente d’imposer un régime sympathique aux intérêts des États-Unis amènera plus d’Afghans aux mouvements de résistance.  Et nos sociétés n’en seront que plus – et non moins – sujettes aux attaques terroristes. Aucun débat parlementaire sur la tactique militaire ne pourra changer cette réalité. En fait, la violence augmente et les attaques se multiplient contre les troupes étrangères et les civils afghans.

Même si les soldats canadiens peuvent partir en Afghanistan avec les meilleures intentions, ils opèrent sous les auspices d’un projet étasunien d’édification d’un État fort peu soucieux des besoins du peuple afghan. Les intérêts étasuniens et canadiens reposent plutôt sur l’imposant projet de pipeline trans-afghan (PTA) d’une valeur de 3,2 milliards $, qui amènera le gaz naturel de la région caspienne, à travers le sud de l’Afghanistan (où le Canada est stationné), vers les ports du Pakistan. Ce n’est pas un secret que le PTA a dominé la politique étrangère des États-Unis envers l’Afghanistan depuis 10 ans. À présent, les compagnies pétrolières et gazières canadiennes y ont leurs propres intérêts.

Au cours de la dernière décennie, le rôle des Forces armées canadiennes à l’étranger a changé et la politique étrangère canadienne est devenue une réplique du discours impérial étasunien. Le résultat de ce processus apparaît maintenant au grand jour avec le rôle de nos troupes dans le sud de l’Afghanistan, avec l’accroissement énorme des budgets alloués aux dépenses de guerre et de “sécurité”, avec les discours à-la-Bush de Stephen Harper, avec les campagnes de peur à propos du “terrorisme d’ici” pour accroître l’appui à ces changements inquiétants. C’est précisément en s’engageant dans cette voie que des jeunes soldats canadiens seront tués, que notre société sera davantage en danger et détournera de plus en plus de ressources pour semer la mort et la destruction en Afghanistan. Nous exigeons le gel des budgets militaires et sécuritaires jusqu’à ce qu’un débat en profondeur soit mené sur ces questions à travers tout le Canada.

La mission en Afghanistan a déjà coûté plus de 4 milliards aux CanadienNEs. Cet argent aurait pu servir à satisfaire des besoins humains réels au Canada et ailleurs. Au lieu de cela, il sert à tuer des civils en Afghanistan et à promouvoir les intérêts de grandes compagnies.

Le 28 octobre, prenons position : Troupes canadiennes hors de l’Afghanistan maintenant !

Pour plus d’information, consulter : www.acp-cpa.ca ; http://www.echecalaguerre.org/ ; http://www.clc-ctc.ca/ ; http://www.canadianislamiccongress.com/